La question du Brandjacking posée à l’Assemblée Nationale le 20/02/2018

Partager :

Le mardi 20 février 2018, à l’Assemblée Nationale, le député LREM Gilles Legendre a posé la question du Brandjacking (pillage de marque commerciale), au secrétaire d’état auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt.
Fairbooking a participé à l’élaboration de cette question. Retrouvez la vidéo de l’intervention. 

« Le Brandjacking, en bon français, pillage de marque »

Merci Monsieur le Président, ma question s’adresse en effet au secrétaire d’état auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.  Monsieur Olivier Dussopt. Monsieur le ministre, le Brandjacking en bon français, pillage de marque, consiste pour les plateformes de réservation d’hôtels en ligne à détourner la clientèle des établissements avec lesquels ils sont en relation commerciale ou pas et à contraindre ainsi les hôteliers à s’acquitter de commissions qui grèvent leur rentabilité.

« Ces liens sponsorisés […] redirigent les internautes vers des plateformes de réservation »

Rentrons un peu plus en détails dans ce mécanisme complexe. Lorsqu’un internaute saisi sur un moteur de recherche, en particulier le plus fameux d’entre eux, dont le nom commence par un « G » et se termine par un « E », une requête pour un hôtel spécifique, les premiers liens qui apparaissent sont non pas celui du site de l’hôtel recherché, mais ceux des centrales de réservation dont nous nous garderons bien de faire la publicité ici, car tous ceux qui en ont fait l’expérience les connaissent parfaitement. Ces liens sponsorisés ont bien pour titre principal les noms des établissements recherchés mais ils redirigent les internautes vers ces plateformes de réservation qui bénéficient des meilleures places sur la page de recherche. Ce fait résulte d’un système d’enchères bien connu de tous les annonceurs publicitaires sur internet qui réservent les meilleurs emplacements aux plus offrants.

« Le référencement non commercial se retrouve relégué au bas de la page »

Ce phénomène est encore plus nuisible depuis février 2016. A cette date, le même moteur de recherche a rendu les publicités de moins en moins reconnaissables afin qu’elles apparaissent comme de l’information classique et objective. La charte graphique de couleur jaune qui caractérisait les liens sponsorisés a été remplacée par une simple mention « annonce » graphiquement intégrée au texte de telle manière qu’elle soit la moins identifiable possible. Par ailleurs, le moteur de recherche accorde de plus en plus de place aux liens commerciaux alors que le référencement non commercial se retrouve relégué au bas de la page de recherche.

« Un adulte sur deux ne fait pas la différence »

Le résultat est évident, le consommateur est trompé. Selon une étude de l’autorité de régulation des télécommunications du Royaume Uni, réalisée au printemps 2016, un adulte sur deux ne fait pas la différence entre un contenu publicitaire sur un moteur de recherche et un résultat de recherche à caractère non commercial. Cette pratique est extrêmement pénalisante pour les acteurs de l’hôtellerie et plus encore pour les établissements de taille modeste comme le Quartier Latin, dont je suis l’élu, en compte de nombreux qui font un travail formidable pour l’attractivité de ce haut lieu de la capitale prisé par les touristes étrangers.

« Quelles actions pourriez-vous engager pour lutter efficacement contre cette pratique inacceptable du Brandjacking ?»

Elle nuit également à la transparence de l’information due au consommateur et constitue donc une atteinte grave au bon fonctionnement de la concurrence. Monsieur le Ministre, en saluant le combat sans relâche que votre ministère sous l’impulsion de Bruno Lemaire, sur d’autres fronts, pour obliger les grands acteurs mondiaux de l’internet à respecter les règles du jeu économique et fiscal dont ils s’affranchissent trop facilement, je sollicite votre aide, quelles actions pourriez-vous engager pour lutter efficacement contre cette pratique inacceptable du Brandjacking ? Je vous remercie. »

Envie de défendre votre marque contre le brandjacking ?

Participez à la formation « Maîtriser votre marque et réseaux sociaux » proposée par la RED Académie. Cette formation de 2 jours est exclusivement orientée sur la protection de votre marque ! Pour plus d’informations, cliquez ici.